CURAVIVA Suisse - Home - Le coronavirus – Bilan et perspectives

Le coronavirus Les défis du point de vue des EMS et institutions sociales

Les personnes ayant besoin d’assistance au niveau de l’assistance, de l’accompagnement et des soins stationnaires sont particulièrement affectées par la crise du COVID-19 et les mesures de protection qui s’y rapportent. L’interdiction de sortir et de recevoir des visites au sein des institutions est extrêmement difficile à vivre. Elle a des conséquences dramatiques sur l’autodétermination, la dignité et la qualité de vie des résidentes et résidents.

Le souci que de telles mesures drastiques soient à nouveau prises dans tout le pays préoccupe tout autant les résidentes, les résidents et leurs proches que les directions des institutions, leurs collaboratrices et leurs collaborateurs. Pour la communauté spécialisée, deux choses sont claires : les mesures restrictives touchant les institutions doivent être mises en œuvre parallèlement aux mesures qui concernent la population en général. Et, le confinement total ne peut être une solution que dans les situations d’urgence absolue.

Pour l’opinion publique aussi, la manière dont la pandémie se répercute sur la vie des institutions revêt un grand intérêt. Dans ce contexte, la problématique tourne toujours autour du juste équilibre entre protection et autonomie, qui est difficile à trouver sur le plan éthique.

Cette page propose un gros plan sur la gestion de la pandémie de COVID-19 dans les EMS et institutions sociales. Elle contient un état des lieux des défis à relever et identifie les actions (politiques) requises en mettant l’accent sur la qualité de vie et la dignité de toutes les personnes concernées.


 

Défis dans le nouveau quotidien des institutions

Expériences, positions et conclusions

Conditions-cadres optimales pour le travail au sein des institutions : actions politiques requises

 

Actualités

Assouplissement des restrictions en raison de la vaccination

Les institutions ont la délicate tâche de mettre en place des solutions qui conviennent à toutes les personnes concernées. Elles doivent à la fois répondre au besoin d’interactions sociales des résidentes et résidents (et de leurs proches) et continuer de leur assurer la meilleure protection possible contre une contamination, ce qui crée parfois des tensions difficiles à gérer au quotidien.

Approfondir le dilemme éthique entre protection et dignité dans le quotidien des institutions.

Comment est-il possible de garantir à la fois la protection et la dignité des résidentes et résidents des EMS et institutions sociales ? Pour répondre aux besoins de toutes les personnes concernées (résidentes, résidents, proches, cadres et personnel spécialisé, prestataires, etc.), les institutions devront relever des défis importants.

Assouplissement des restrictions en raison de la vaccination

Les institutions ont la délicate tâche de mettre en place des solutions qui conviennent à toutes les personnes concernées. Elles doivent à la fois répondre au besoin d’interactions sociales des résidentes et résidents (et de leurs proches) et continuer de leur assurer la meilleure protection possible contre une contamination, ce qui crée parfois des tensions difficiles à gérer au quotidien.

La sécurité optimale au lieu de la sécurité totale

Le printemps dernier, le coronavirus a transformé les personnes âgées en groupe à risque et les EMS en zone à risque. En guise de réponse, des mesures de protection rigoureuses ont été prises. Le gérontologue Markus Leser en est convaincu : au lieu de miser sur une « sécurité totale » trompeuse, il vaudrait mieux viser une « sécurité optimale » à l’échelle individuelle. Cela exige beaucoup d’efforts de la part de toutes les parties prenantes. Y compris le courage de soulever des questions éthiques complexes.

Plaidoyer pour un débat nuancé

Coronavirus : Quelles expériences avons-nous faites ? Qu’avons-nous appris ? La nouvelle série de publications de CURAVIVA Suisse apporte des réponses à ces questions. Pour son lancement, Markus Leser, responsable du domaine spécialisé Personnes âgées et membre de la direction de CURAVIVA Suisse, explique comme il a ressenti le débat public jusqu’à ce jour, et pourquoi il se défend contre les lectures simplistes.

Échanger des expériences, des positions et des conclusions.

Pendant le confinement, les institutions au service des personnes ayant besoin d’assistance, leurs collaboratrices et collaborateurs, ainsi que leurs résidentes et résidents, ont subi une énorme pression. Au sein des institutions, un important processus d’apprentissage s’est rapidement mis en place. Qu’est-ce qui a fonctionné ? Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Les enseignements de ces derniers mois, les exemples de bonne pratique, les expériences personnelles, les aides et les conclusions doivent soutenir les institutions, qui doivent faire face à une situation qui reste aujourd’hui encore très compliquée.

La vie d’un établissement médico-social au temps du coronavirus

Le numéro actuel de la revue spécialisée Curaviva est consacré au thème de coronavirus et montre, entre autres, comment les institutions font face à la pandémie. À Wengistein, un centre pour personnes âgées dans le canton de Soleure, le directeur Hansruedi Moor a dû faire face à d’incessants nouveaux défis au cours de ces dix derniers mois. Et cela continue.

 

Optimiser les conditions-cadres politiques.

Avec le soutien de ses associations partenaires et de ses institutions membres, CURAVIVA Suisse a analysé en détail la gestion de la crise par la Confédération et les cantons, a tiré les enseignements importants de la pandémie et a identifié les actions requises dans la perspective d’une deuxième vague et/ou d’une future pandémie.

CURAVIVA Suisse demande la mise en œuvre rapide de stratégies de vaccination et de test ciblées, ainsi que des données statistiques complémentaires

La situation des établissements médico-sociaux reste tendue en raison de la pandémie de coronavirus. C’est pourquoi CURAVIVA Suisse appelle les cantons à donner systématiquement la priorité aux EMS dans leurs stratégies de vaccination et de faire tester régulièrement le personnel à titre préventif. Le coût de ces tests doit être pris en charge par la Confédération. Dans le même temps, l’association de branche nationale plaide en faveur d’une appréciation différenciée des défis que doivent relever les EMS. Ainsi, on atteint les limites des plans de protection dès lors que les soins et la prise en charge nécessitent une proximité physique et que les résidents et résidentes expriment un besoin légitime d’être en contact avec leur famille, en dépit du risque encouru. En outre, CURAVIVA Suisse demande la mise à disposition de données statistiques complémentaires relatives aux prestations fournies par les EMS.

Pertinence du système des soins stationnaires avec assistance

CURAVIVA Suisse et INSOS Suisse exigent que les milieux politiques et les autorités reconnaissent la pertinence du système de ces institutions et que leurs dépenses supplémentaires liées au coronavirus soient indemnisées.

COVID-19 demandes politiques | Communiqué de presse (pdf, 45 KB)

CURAVIVA Suisse, INSOS Suisse | 4 septembre 2020

Préserver la dignité.

Les institutions au service des personnes ayant besoin d’assistance mettent tout en œuvre pour accomplir leur mandat de soins, d’assistance et d’accompagnement de façon à préserver la dignité de leurs résidentes et résidents et à renforcer le mieux possible leur qualité de vie.